Scène Révoltée

La Scène révoltée
Claude Debussy et le tournant esthétique 1912/13

Concert poétique et imagée
interprété par Ufuk et Bahar Dördüncü, pianistes
et Jacques Probst, comédien.

Présentation
Après l’exceptionnel Cendrillon au pays des Soviets (2009) qui déjà – par les compositions de Prokofiev et Chostakovitch et la projection de l’impressionnant Shostakovitch against Staline du réalisateur Larry Weinstein – associait la musique et l’image pour soutenir une réflexion sur les rapports de l’art et de la politique, les sœurs Ufuk et Bahar Dördüncü se lancent, une nouvelle fois, un amitieux défi.
Rejointes pour l’occasion par le fameux comédien et écrivain suisse Jacques Probst, elles s’attacheront à proposer – sous le titre La Scène révoltée – un hommage original en vue du 150ème anniversaire de la naissance de Claude Debussy.

« Original » en ceci qu’il se référera non pas tant à l’année 1862, mais au tournant esthétique majeur des années 1912-13. Pour rendre compte de l’effervescence d’alors, seront convoqués – aux côtés de Debussy – les figures littéraires, musicales et chorégraphique de Mallarmé, Stravinski, Diaghilev et Nijinski et les œuvres suivantes : Le Faune du poète français, Prélude à l’après-midi d’un faune et Jeux de Debussy ainsi que Le Sacre du printemps du compositeur russe.

Si Le Faune de Mallarmé date de 1876 et celui de Debussy de 1894, les chorégraphies des Ballets russes imaginées par Nijinski – véritables traits d’union des propositions ici 3réunies – sont bien créées en 1912 (pour L’après-midi) et 1913 (pour Jeux et Le Sacre). Afin de rendre justice au volet chorégraphique, des images d’archives, projetées avec sensibilité, agrémenteront le concert.

Cicérone de la soirée ou maître de cérémonie, Jacques Probst fera non seulement entendre les arabesques de la langue mallarméenne, mais évoquera aussi les circonstances de la révolution debussyste. Il racontera – sur la base de témoignages puisés aux meilleures sources – les relations de Debussy avec Mallarmé et Stravinski ainsi que l’incompréhension du musicien français pour l’art de Nijinski. Ainsi apparaîtra-t-il qu’aucune fusion spontanée des vues n’opéra entre ces deux rénovateurs de la scène artistique. Apparaîtra, en sus, la réception des différentes œuvres par le public : parfois clémente, souvent scandalisée !

Une soirée qui réjouira les amateurs de musique, de poésie et de danse ; qui réjouira aussi ceux que passionnent les césures de l’histoire des arts ; et ceux, enfin, qu’interpelle la lisière si fine, si trouble entre humanité et animalité, stylisation esthétique et délire panique.

Mathieu Menghini
Historien de l’action culturelle et ancien directeur de théâtres
 
La scène révoltée - programme
Durée du programme : 1h50 environ – entracte (20’) compris.

Première partie
•    Prélude à Scène révoltée par Jacques Probst et évocation des liens respectifs de Mallarmé, Debussy et des Ballets russes.
•    Lecture par J. Probst du poème de Mallarmé, Le Faune.
•    Interprétation par les sœurs Dördüncü de la transcription pour deux pianos du Prélude à l’après-midi d’un Faune de Debussy.

Deuxième partie
•    Evocation par J. Probst des péripéties ayant marqué la collaboration de Debussy, Nijinski et Diaghilev à l’occasion de la création du ballet Jeux.
•    Interprétation par les sœurs Dördüncü de la transcription pour deux pianos de Jeux.

Entracte : 20’

Troisième partie
•    Evocation par J. Probst de la création du Sacre du printemps, des répétitions exténuantes, du scandale de la « première », etc.
•    Interprétation par les sœurs Dördüncü de la transcription pour deux pianos du Sacre du printemps.
 
Générique

Conception du projet
Bahar et Ufuk Dörüncü, piano
Mathieu Menghini

Interprétation
Bahar et Ufuk Dörüncü, piano
Jacques Probst, textes

Conception textuelle
Mathieu Menghini

Conception des images
Fabrice Aragno (sous réserve)
Mathieu Menghini

Ufuk et Bahar Dördüncü
Un parcours
On peut dire des sœurs Dördüncü qu’elles ont écumé de prestigieuses salles de concert : Victoria Hall à Genève, salle Molière à Lyon, le Palais des Nations à Brasilia, la Lieder-Halle à Stuttgart, le Palais Wittgenstein à Düsseldorf ou le Suntory Hall à Tokyo ; on peut ajouter leurs collaborations avec de grands artistes tel que Peter Ustinov, Vlado Perlemutter, François-René Duchable, Heinz Holliger, Maurice Bourgue ou Stefano Gervasoni ; énumérer leurs invitations par de grandes phalanges : l’Orchestres National de Turquie, l’ensemble Contrechamps, les festivals internationaux d’Istanbul, de Strasbourg (Musica), de Genève (Archipel), etc. ; conclure avec les prix, les distinctions et les critiques élogieuses reçues en Turquie, en Suisse, en Espagne, au Japon, en France, etc.

On préférera mentionner leur complicité musicale télépathique, la vigueur et la rigueur de leur jeu ; la plasticité gestuelle de leurs exécutions ; leur qualité de présence, enfin.

Des rives du Bosphore, où la tectonique des peuples a exacerbé les passions, elles ont hérité l’incandescence slave et l’indicible subtilité des nuances de l’orient, expressionnisme tendu et couleurs à fleur de peau tout à la fois. Ce n’est pas un hasard  si leurs domaines de prédilection sont, la subtile modalité de l’impressionnisme Français et les musiques du XXème siècle, tour à tour coloristes et percussives.

Discographie (extraits)
Sergei Prokofiev & Dimitri Chostakovitch, Works for 2 ppianists under societ rule, 2009
Claude Debussy, Gabriel Fauré & André Messager, Rendez-vous avec l’enfance, 2006
Francis Poulenc & Claude Debussy, Sonate pour deux pianos / En blanc et noir, 1993

La presse
« A deux pianos, le duo Dördüncü réifie la complémentarité musicale. Une telle entente n’est pas seulement fruit de l’étude commune, elle devient pressentiment de la sonorité de l’autre, une sorte de complicité totale et joyeuse. »

Jean-Luc Rieder, Radio Suisse Romande, Espace 2

« (...) On sait que les deux pianistes d’origine turque sont considé- rées comme des spécialistes de la musique française, tout comme, par ailleurs, du répertoire russe, et leurs quatre mains, habituées depuis toujours à se côtoyer sur un clavier, ou à se répondre sur deux, se conjuguent dans une complémentarité exemplaire. »

Scène Magazine
Jacques Probst

Un parcours
Auteur dramatique, metteur en scène et comédien, Jacques Probst naît le 1er août 1951 à Genève. Avec sa voix de rocaille, son phrasé sensible mais dénué d’affectation qui rend les mots à vif, il intègre plus de soixante spectacles, avec une prédilection pour les pièces de Shakespeare, Beckett, Pinter et Bond.

Auteur depuis 1966, il signe une vingtaine de pièces pour le théâtre, allant du monologue (Torito, Le Banc de touche, La Lettre de New York, etc.) à des pièces comptant plus de vingt personnages (La Septième Vallée, Sur un Rivage du Lac Léman, On a perdu Ferkap, La Route de Boston). Ces œuvres sont portées à la scène par Philippe Mentha, François Berthet, Charlie Nelson, Roland Sassi, François Marin, Denis Maillefer, Joël Jouanneau, Jean-Pierre Denefve, Liliane Tondellier, Claude Thébert et Probst lui-même ; elles sont représentées en Suisse, France et Belgique.

Pour les monologues, il a travaillé avec des musiciens, parmi lesquels Matthias Desmoulin, Pierre Gauthier, Raul Esmerode, Olivier Magnenat, Maurice Magnoni, Patrick Mamie, Christine Schaller. Plusieurs de ses pièces ont fait l'objet d'enregistrements pour la Radio Suisse Romande et France Culture. Il a, par ailleurs, écrit des scénarios de films dont Le Rapt, d'après la Séparation des races de Ramuz et Le Désert comme un jardin pour la réalisatrice Maya Simon.

Récompense
2006 Prix Schiller pour Huit monologues, Orbe, Bernard Campiche Editeur, 2005.
Sources bibliographiques
Aperçu

Jean Barraqué, Debussy, Seuil, Paris, 1967
Stéphane Mallarmé, Œuvres, Classiques Garnier, Paris, 1992
Vaslav Nijinski, Cahiers, Actes sud, Paris, 1995
Peter Ostwald, Vaslav Nijinski. Un saut dans la folie, Passage du Marais, Paris, 1993
Claudia Jeschke, Jean-Michel Nectoux, Nijinski, prélude à l’après-midi d’un faune, Adam Biro, Paris, 1989
Jean-Michel Nectoux, L’après-midi d’un faune : Mallarmé, Debussy, Nijinski, Paris, Les dossiers du Musée d’Orsay, 1989
Léon Vallas, Claude Debussy et son temps, Editions Albin Michel, Paris, 1958
Encyclopedia universalis
 
Conditions et contacts
Conditions
8’000 CHF ou 5'700 euros ++ 3  pers.
Fiche technique en préparation.

Contacts
Bahar Dördüncü
++41 79 456 81 05
bahardorduncu@sunrise.ch

Ufuk Dördüncü
++33 6 12 47 91 89
ufuk-dorduncu@neuf.fr

Mathieu Menghini
mathieu.menghini@hesge.ch
00 4176 433 89 28

HARRISON PARROTT artist management

Tugçe Tez 
Artist and Project Manager 
London +44(0)20 7313 3548 
tugce.tez@harrisonparrott.co.uk

F11 pour afficher en plein écran F11 pour sortir du plein écran
ICON Algı Yönetimi ve Bilişim Sistemleri